Dix conseils à suivre avant de planter des bulbes

Avant de planter vos bulbes, prenez le temps de lire les conseils suivants, offerts par les spécialistes du Centre d’information des bulbes à fleurs de Hollande.1. Branchez-vous sur le climat local

En principe, on ne plante les bulbesque lorsque la température du sol atteint 13 ˚C ou moins. La date de plantation sera donc plus hâtive dans les régions plus au nord ou à la campagne que dans le sud du Québec ou en zones urbaines. Aussi, d’une année à l’autre, cette date peut varier de plusieurs semaines selon les conditions climatiques en vigueur.

En plantant dans un sol trop chaud, lesbulbes risquent d’être affectés par deschampignons nuisibles. D’autre part, en plantant trop tard, il se peut que lesbulbes n’aient pas suffisamment de temps pour produire de belles racines avant le gel en profondeur du sol… sans compter que le jardinage dans le froid et la neige est beaucoup moins agréable!

2. Des bulbes à planter sans tarder

Quelques bulbes spéciaux demandent une attention immédiate après l’achat. En effet, toutes lesvariétés d’érythrone (Erythronium), de corydale (Corydalis) et de fritillaire (Fritillaria) de même que les perce-neiges (Galanthus) risquent de s’assécher et de mourir s’ils restent trop longtemps à l’air libre. Donc, achetez-les maintenant et plantez-les sans délais.

3. Des bulbes vraiment rustiques

Tous les bulbes ne sont pas rustiques, cependant la grande majorité de ceux qui sont vendus en automne ont absolument besoin d’une période de froid prononcé pour produire des fleurs. C’est le cas des tulipes, des narcisses, des jacinthes, des iris, des crocus, des muscaris, des scilles, des anémones grecques, des alliums et de plusieurs autres.

4. Plantez-en partout! 

Les bulbes trouvent leur place partout dans le jardin, aussi bien dans la plate-bande que dans larocaille, le gazon, au pied des arbres ou parmi les vivaces. En tenant compte de la hauteur de lafleur, de sa couleur et de la période de floraison, on obtient des effets fort ravissants. Par exemple, l’ail géant (Allium giganteum) qu’on éparpille dans la plate-bande simule d’imposants points d’exclamation et les crocus disséminés dans la pelouse lui donnent un air pimpant.

5. Profondeur de plantation: la même règle pour tous

Au Canada, peu importe ce qui est écrit sur l’emballage, plantez tous vos bulbes à une profondeur égale à trois fois leur hauteur. Ainsi, un bulbe de tulipes de 4 cm de haut sera planté à 12 cm de profond, alors qu’un bulbe de crocus de 2 cm de haut, sera planté à 6 cm de profond. Cette profondeur est généralement suffisante pour protéger les bulbes des effets dévastateurs des gels et dégels répétés de la fin de l’hiver.
Quant à l’espacement entre les bulbes au moment de la plantation, laissez au moins 5 cm de distance entre les petits bulbes (crocus), 10 cm entre les bulbes moyens (tulipe) et 20 cm ou plus entre les gros bulbes (ail géant).

6. La préparation du sol

Prendre le temps de travailler le sol sous les bulbes avant de les planter est préférable. Ainsi, l’air pénètre mieux dans le sol, les racines s’y développent plus facilement et le drainage est plus rapide. Si de fortes averses sont au programme pour les prochaines 24 heures, il vaut mieux retarder la plantation afin d’éviter que le sol rendu boueux ne provoque l’asphyxie les bulbes.

7. Type de sol

Les bulbes poussent dans une variété de sol, mais donnent de moins bons résultats dans les sols secs et acides. Aussi, quoique les tulipes et les narcisses s’adaptent bien à des sols très argileux, ceux-ci sont nettement plus difficiles à travailler. Peu importe la nature du sol, le plus important est qu’il soit bien drainé.

8. Tolérance des bulbes aux excès d’eau

Il se peut que des excès d’eau affectent l’émergence des bulbes, des cormes et des tubercules. Cette abondance d’eau peut avoir lieu immédiatement après la plantation ou lorsque le sol gèle de nouveau après un court dégel. Aussi, les jardins en contrebas, où les eaux de fonte des neiges et de pluie s’accumulent, ne sont pas recommandés pour la plantation de bulbes. Une fois que les bulbesémergent au printemps, les excès d’eau ne posent plus de problème.

9. Laissez-les en terre! 

Grâce aux hivers froids du Québec, il n’est pas nécessaire de déterrer les bulbes après leur floraison. Ils reviennent sans peine pendant au moins de trois à cinq ans et plusieurs se naturalisent, c’est-à-dire qu’ils se multiplient avec le temps. Cependant, il faut permettre au feuillage de faner et de s’assécher naturellement. On déconseille fortement d’attacher, de regrouper, de tresser ou, pire, de couper les feuilles. Ces actions nuisent à la photosynthèse qui permet aux bulbes de «refaire le plein» en vue de la prochaine floraison.

10. Feuilles sans fleurs

Si, en dépit d’un beau feuillage vert, les fleurs de vos bulbes brillent par leur absence, il se peut qu’une température trop élevée, lors de l’entreposage des bulbes après la récolte – sur les tablettes du magasin où vous les avez achetés ou dans votre garage – en soit la cause. Les bulbes exposés à trop de chaleur avant la plantation réagissent parfois de la sorte. Il se peut aussi que des bulbesplantés dans la pelouse aient été exposés à une dose excessive d’azote. Il vaut mieux éviter d’appliquer de grande quantité d’engrais riche en azote sur la pelouse lorsque des bulbes y sont plantés, car l’azote stimule la croissance des parties vertes des plantes et non celle des fleurs.

Néanmoins, les bulbes sont généralement très faciles à cultiver. Creusez un trou, placez-y le bulbe, côté pointu vers le haut, comblez le trou de terre, arrosez et attendez le printemps!

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s